Exhibition at the Gallery Mohamed El Fassi, Rabat / Morocco

Havane une cite et des gens in Rabat-Maroc

Rabat – Maroc

Havane-une cite et des gens in Rabat-Maroc

Havane: Une Cite et des Gens

Exhibition at the Gallery Mohamed El Fassi, Rabat / Morocco
Havane : Une Cité et des Gens
Organisation : Ministère de la Culture et l’Association Marocaine d’Art Photographique
A première vue, les photos présentées dans ce nouveau travail de Salman Ezzammoury sur la capitale cubaine: La Havane n’ont rien de spécifique et peuvent même rentrer dans le registre du reportage classique, voire même dans la catégorie des photos de voyage d’un touriste ordinaire. Néanmoins, une deuxième lecture  est nécessaire pour décoder les différentes touches d’un artiste connu pour son engagement et par la rigueur dans  ses approches.
Appareil photo en bandoulière, Salman se balade dans les rues et les avenues de La Havane pour saisir les images comme n’importe quel nouveau visiteur attire par les curiosités et les différent aspects de la vie cubaine. Cependant, Salman ne cherche à capter  ni les situations insolites ni les curiosités historiques.
Les images prises par Salman sont simples, pures, diaphanes et profondes. Des images qui révèlent le caractère humain de cet artiste marocain vivant aux Pays-Bas et son engagement pour les causes humanitaires. Salman prend tout son temps pour observer afin de capter au mieux le contexte des lieux et de leurs environnements, de ressentir la rencontre entre son émotion et le moment fugitive d’une situation pour qu’à l’instant du clic tous les elements soient bien places afin de traduire au mieux les sentiments et les messages qu’il souhaite transmettre.
Malgré toutes les difficultés quotidiennes des cubains, La Havane, à travers les images de Salman, dégage une sensualité, une chaleur humaine, voire une apparent douceur de vivre. Les habitants gardent le sourire et espèrent un meilleur avenir. Salman s’arrête sur de simples situations pour nous montrer cette vie au ralenti des cubains et leur relation avec le passé et le présent. Des bâtiments grisâtres évoquant avec nostalgie leur splendeur passée soumise à la rude épreuve des saisons, des Façades se présentant  comme une palette de couleurs pastel délavées par le soleil et les pluies tropicales ont été bien cadres sous l’objectif du photographe. Abandonnées par les Américains lorsqu’ils quittèrent le pays lors de la révolution cubaine, en 1959, des anciennes  voitures continuent à meubler le paysage urbain de la havane ce qui nous donne l’impression d’être plongé dans un vieux film américain.
Comme dans ses anciens reportages effectués dans d’autres villes (Le Caire, Jérusalem, Rabat,…), Salman reste fidèle à la simplicité de ses compositions tout en jouant parfois avec certaines techniques de reflet ou de surimpression qui permettent de donner une certaine fraîcheur à ses images. Au-delà des procédés techniques, trois principes prépondérant qui sont: la lumière, la composition, le cadrage structurent les images créatives de Salman dans le rapport entre l’équilibre d’une harmonie esthétique et le dynamisme des volumes dont dépend l’efficacité d’une prise de vue et le message qu’elle engendre
Nadia Mihfad